Accueil > Interpréter > Plain chant

   
  • Au IX° siècle, le grammairien et théologien Rémi d’Auxerre proclamait : « Le rythme n’est qu’une libre et harmonieuse succession de mots, sans proportion ni système, indéfinie, exempte de toute loi, n’ayant pas de pieds organisés ». De fait, la volonté de noter la musique dans ses moindres détails et avec le plus de précision possible se construisit mille années durant pour finir par s’imposer à nous. Pourtant, l’imprécision des neumes médiévaux permettait aux chanteurs de plain-chant de laisser libre court à l’épanouissement d’un art construit tout entier sur le rythme interne de chaque vers. Plus encore, le phénomène de la musica ficta rendait lointaine la correspondance entre notation et réalité de l’interprétation…

  • KUNC, Aymé (1877-1958). Quatuors à cordes, par le Quatuor Gaudeamus (Ensemble Ricercata de Paris), M10, 2000.]

 
Glossaire Crédits