Accueil > Noter > Histoire des notations musicales 1 > Neumes aquitains

Neumes aquitains
       
  • Neumes aquitains.

  • BMT, Ms. 328

  • Sur feuillet de garde d’un manuscrit du XVI° siècle (Bertrand de la Tour, Sermons pour la fête des Saints)
  • Les points et courtes lignes disposés au-dessus du texte à chanter sont appelés neumes. Ces signes n’ont pas pour but de noter les sons avec précision mais de guider le chanteur. Aussi, bien que ne s’agissant pas de notes telles que nous l’entendons aujourd’hui, ces neumes (dont la graphie évoluera au fil des siècles) constituent une notation musicale à part entière.
  • Le manque de précision de la notation neumatique ne vient pas d’un défaut d’écriture. Au Moyen-Âge, un moine emploie une partie de son temps à chanter. Aussi sa mémoire est-elle suffisamment entraînée et performante pour qu’il n’ait pas besoin d’écrire la musique dans ses moindres détails. Au plus a-t-il besoin d’une graphie indiquant le sens général de la mélodie pour le guider lorsqu’il chante.

  • Le règne de la polyphonie : Ars Antiqua, (…). Christ natus est nobis, psaume 94, par l’Ensemble Organum, sous la direction de Marcel Pérès, coll. « 2000 ans de musique, vol. 2 », Arles, Harmonia Mundi, 1999.
 
Glossaire Crédits