Accueil > Noter > Histoire des notations musicales 1 > Messe de Toulouse

Messe de Toulouse
        
  • Ordo missalis secundum consuetudinem curie Romane : [Messe de Toulouse].

  • BMT, Ms. 94

  • Manuscrit du XIVe siècle .
  • Vélin, 286 x 190 mm, 346 feuillets.
  • Messe polyphonique du XIVe siècle notée sur les feuillets vierges d’un recueil de messe.
  • Alors que, dans les siècles précédents, un texte n’était chanté que sur une seule mélodie à la fois, le XIV° siècle voit naître des chants dans lesquels plusieurs voix se superposent. La monodie cède par conséquent la place à la polyphonie. L’inconvénient, lorsqu’on chante plusieurs mélodies en même temps est de devoir synchroniser tous les chanteurs. C’est ainsi que les moines ont ressenti la nécessité de noter le rythme avec précision. Depuis lors, à chaque note est assignée une durée. Le système de division des durées par 2 ou par 3 (ou leurs multiples), inventé par la même occasion, constitue par ailleurs l’origine des notations binaire et ternaire encore largement utilisées aujourd’hui.
  • Par la suite, au cours de la Renaissance, ces mêmes principes se systématisent tandis que le réservoir de notes s’accroît ; et si l’alternance de notes blanches et noires devient la règle, c’est que le papier, dorénavant plus fin, présente une plus faible tolérance à la saturation d’encre.
  • Dans le manuscrit du XIV° siècle présenté ici, il s’agit d’une notation Ars nova en fer de lance.

  •   Musique liturgique et profane du XVI° siècle. Messe de Toulouse. Kyrie, par l’ensemble médiéval de Toulouse, sous la direction de Pierre Hudrisier, Toulouse, Scalen’Disc, 1988.

 
Glossaire Crédits