Accueil > Noter > Histoire des notations musicales 3 > Prometheus

Prometheus

 
     
  • Alexandre SCRIABINE (1872-1915). Prometheus, op. 60, New York, Dover publications, 1995.

  • BMT (Médiathèque), 3 SCR 27

  • Tragiques, imagées, pittoresques ou comiques, des indications littéraires fleurissent sur les partitions de la fin du XIX° et de tout le XX° siècle. Le compositeur ne propose plus seulement une idée musicale, mais tente de faire comprendre au mieux sa pensée, ce que la musique doit exprimer et que les notes seules ne peuvent décrire. De fait, l’instrumentiste voit sa liberté d’interprétation s’effacer peu à peu totalement, il se doit de reproduire l’exacte pensée du compositeur.
  • Ces indications littéraires sont parfois formulées de manière humoristique (cf. musique de piano de Eric Satie : «Munissez-vous de clairvoyance», «De manière à obtenir un creux») ou tragique (cf. musique de piano de Claude Debussy : « Ce rythme doit avoir la valeur sonore d’un paysage tragique »).
  • Dans le cas du poème symphonique avec piano Prométhée, ou le poème du feu, d’Alexandre Scriabine, les indications constituent un programme, un récit initiatique (« avec un intense désir », « en animant », « impérieux », « avec émotion et ravissement »).

  • (…) Prométhée, par le London Philharmonic Orchestra, sous la direction de Lorin Maazel, London, Decca, 1989.
     
 
Glossaire Crédits