Accueil > Noter > Techniques de reproduction de l'écrit musical > Messe Agathange

Messe Agathange
        
  • Père Agathange. Messe Agathange.

  • BMT, Rés. Mus. B 59

  • Manuscrit de 1772.
  • Messe polyphonique à 3 voix.
  • Graphie intermédiaire entre notations de plain-chant et moderne.

  • Malgré les progrès techniques, le manuscrit demeure longtemps un moyen très usuel de diffusion de la musique. C’est du reste le « copiste de musique » qui se charge, à la demande, de regrouper dans un même recueil des pièces empruntées à diverses sources, ou encore de réduire une partition d’orchestre (c’est-à-dire copier sur deux portées seulement une partition qui en compte une dizaine).
  • Dans le paysage économique des XVII° et XVIII° siècles, la cohabitation des copistes et des imprimeurs paraît naturelle, d’autant que les uns et les autres ne répondent pas aux mêmes besoins (reproduction ponctuelle et individuelle dans le premier cas, reproduction à plus large échelle de partitions formant une unité intellectuelle dans le second). On sait par ailleurs que Jean-Jacques Rousseau fut copiste. Avant lui, Philidor (à qui nous devons la copie du Psyché de Jean-Baptiste Lully présentée dans ce chapitre) avait pour mission de compiler pour Louis XIV, selon ses propres mots, « ce qui se faisait de plus beau en musique, tant pour la chapelle que pour la chambre ».
  • Quant à l’exemplaire de la Messe Agathange présenté ici, il s’agit d’une copie polychrome aux encres noire, rouge et verte datée de 1772 mélangeant des façons ancienne et moderne de noter la musique.
  • Un ex-libris manuscrit et partiellement effacé indique : « Ce livre appartient […] Raynaud […] randra […] le payera juste et rezonable […] le 20 mars 1772 ».

  • Messe Agatange. Gloria, par le Concerto Rococo et le Chœur grégorien Antiphona, sous la direction de Rolandas Muleika, St-Bertrand-de-Comminges, Arion, 1998.
 
Glossaire Crédits