Accueil > Interpréter > Ornementation baroque > Traité des accords

Traité des accords
        
  • Abbé Pierre Joseph ROUSSIER . Traité des accords et de leur succession selon le système de la basse-fondamentale , pour servir de principes d'harmonie à ceux qui étudient la composition ou l’accompagnement du clavecin, avec une méthode d’accompagnement, A Paris, Chez M. Bailleux, 1764.

  • BMT, Rés. Mus. Belloc 1

  • Le procédé de la basse continue (cf. Chap. 8, Hésione de Campra) est très représentatif du fait de jouer autre chose que ce qui est écrit. Pour tout accompagnement, seule la ligne de basse est notée. Il s’agit d’une simple esquisse de l’harmonie que l’instrumentiste doit reconstituer à vue. De plus, le nombre d’instrument(s) polyphonique(s) devant remplir le rôle de basse continue n’est pas établi avec précision. Un seul peut suffire (luth, théorbe, clavecin…), mais souvent, un instrument monodique (basse de viole, basse de violon, basson, serpent) viendra s’ajouter à un instrument polyphonique.
  • Ce procédé d’accompagnement improvisé requiert une grande science de l’harmonie ainsi qu’un goût musical très fin permettant de s’adapter au caractère de chaque pièce musicale.
  • Le traité de l’abbé Roussier décrit la formation des accords, donc de l’harmonie, qu’il convient de maîtriser parfaitement pour jouer une partie de basse continue.

 
Glossaire Crédits